♪ Les Pianistes





----------Fanny Azzuro----------









« Couleur, intensité, simplicité : le jeu de Fanny Azzuro va droit au but avec une fraîcheur et une poésie irrésistibles. »
(Alain Cochard, concertclassic.com)


Son attrait pour la musique russe la pousse à graver un premier disque, Russian Impulse, qui met à l’honneur Rachmaninov, Prokofiev et Kapustin, sous l’impulsion de deux légendes du piano : Boris Petrushansky et Vladimir Viardo.


Trois ans plus tard, elle décide de se consacrer à des pages plus fluides : la musique française et espagnole du début du XXe. 1905 Impressions, « fruit d’un concept fort », est largement plébiscité par la presse (ICMA Nomination 2018, Pianiste Maestro, 5 Pizzicato, **** Pianist Magazine…).


En 2019, elle enregistrera un triple album autour de Schumann, Le Rouge et le Noir, avec le Czech National Symphony Orchestra et le Quatuor Voce dans un programme vaste, de Bach à Dutilleux, en passant par Schumann et Chopin.


Réceptive à tous les genres musicaux, elle se passionne pour la musique de chambre et partage des instants magiques avec les quatuors Voce et Van Kuijk. Elle s’engage depuis huit ans avec le SpiriTango Quartet à défendre un répertoire de musique du monde contemporaine, et s’implique également dans un programme jazz et classique auprès d’Hervé Sellin. Elle vient de créer un « récital dansé » avec la metteur en scène Parelle Gervasoni.







Soutenue par la Fondation Safran, le Mécénat Musical Société Générale, la Spedidam et l’Adami, elle a enregistré six albums en quelques années après avoir étudié dans les plus prestigieux établissements européens (CNSM de Paris, Accademia Pianistica d’Imola, Sibelius Academy Helsinki).


 Fanny est artiste Yamaha depuis 2017 et s’est produite dans des festivals et salles renommés : Festival d’Auvers-sur-Oise, Nohant Chopin Festival, Salle Cortot (Paris), Opéra de Lyon, Pianos Folies (Le Touquet), New York Piano Festival, Festival Musiq’3 (Bruxelles), Seoul Art Center, Daning Theatre à Shanghai, Pékin, São Paulo, Genève…










------DUO ARSENIAN-ALAIRE----







En janvier 1995, les deux pianistes nantais Sophie ARSENIAN et Philippe ALAIRE décident de s’associer et de travailler en duo.
Leur projet artistique est double : explorer tous azimuts l’immense répertoire du piano (en particulier à quatre mains) tout en cherchant à acquérir, à travers le développement de leur complicité musicale, une véritable identité de groupe.

Le duo, depuis sa création, multiplie les expériences et développe une importante activité de concerts : très attaché à la vie culturelle de sa région, il en est un acteur incontournable, mais se produit également dans toute la France (Strasbourg, Toulouse, Paris, Tours, Angoulême, Lorient, Montpellier, Cherbourg, etc…) et à l’étranger (Allemagne, Belgique, Arménie...)

La profonde originalité de ce duo tient dans le travail de recherche effectué par ses deux protagonistes, à la découverte de répertoires peu explorés, ainsi que dans la réflexion constante qu’ils mènent  sur la forme donnée à leurs concerts.

Ainsi, les ballets de Stravinsky et plus généralement la musique russe, de Rachmaninov à Denissov, l’intégrale des sonates pour piano à 4 mains de Mozart, la musique française de Satie, Debussy et Ravel, font partie du répertoire qu’ils visitent régulièrement. Leur découverte en 2004 des richesses de la musique arménienne leur ouvre un champ d’exploration nouveau et extraordinaire. 


Leur volonté de diffuser les beautés de cette musique, souvent inédite en occident, leur lien constant avec des musiciens arméniens, leur collaboration avec le doudoukiste Araïk Bartikian et le grand compositeur Vahram Babayan, élève de Chostakovitch, enrichissent leur travail d’une dimension supplémentaire...





Une des grandes forces du duo tient également dans le rapport d’intimité qu’il installe avec ses auditeurs : par leur prise de parole simple et directe, la construction des programmes qu’ils proposent, l’association avec d’autres formes d’expression artistique (peinture, littérature...), le développement de concerts à domicile, la mise en valeur de la musique par l’éclairage, les deux musiciens savent établir une proximité suscitant attention, concentration et implication de leur public.

Associée à leur haute exigence pianistique et artistique, cette qualité de communication fait de chacune de leurs prestations un moment privilégié d’échange à travers la musique...  
Leur participation à la Folle Journée de Nantes en 2012 et 2013 marque une étape importante dans la reconnaissance de leur travail.


Le duo a enregistré 4 CD, dont le dernier, "Notes d'Arménie", est paru en 2010 chez Coriolan, ainsi qu’un DVD sur « Pétrouchka » de Stravinsky. 









----------Jean Dubé----------








Jean DUBÉ, né en décembre 1981, internationalement reconnu comme l'un des plus importants jeunes pianistes de notre époque, est apprécié pour sa musicalité et sa puissance. 
« Il peut tout jouer avec une absolue compréhension, sans parler de sa technique pianistique phénoménale » (Normunds Šnē, chef d’orchestre directeur de l’Orchestre National de Riga, Lettonie, 2003)

Il se produit dans le monde depuis l'âge de 4 ans et gagne son piano Steinway à 9 ans lors du concours national "Jeunes Prodiges Mozart à Paris". 
La même année, il joue en soliste à la Maison de la Radio avec l’orchestre philharmonique de Radio France, en direct sur France Musique.

 Sa discographie comprend déjà une trentaine d'enregistrements dont une vingtaine de CD, en particulier chez Syrius et Naxos et plusieurs DVD de concertos pour la télévision française et d'autres radios et télévisions étrangères. 

Très à l’aise dans tous les répertoires, dont celui pour main gauche seule, il est l'un des rares pianistes au monde capables de jouer le concerto pour piano de Ligeti et de donner en un seul récital les "Vingt Regards sur l'Enfant Jésus" de Messiaen. 

 Il se plait à associer d’autres arts à la musique (peinture, sculpture, cinéma, littérature) et à donner des récitals à thème (Les cloches, les oiseaux, l’amour, la danse, les eaux et les jardins …) 

Son interprétation de la Turangalîlâ s’est distinguée comme meilleur spectacle de l’année en 2000 à Riga et celle de la 2e rhapsodie hongroise de Liszt a obtenu en 2002 la plus rapide rediffusion de l’histoire de Radio Chicago ( poste WFMT ).









Premier Prix du Conservatoire National Supérieur de Paris à 14 ans chez Jacques Rouvier, il a étudié avec Jacqueline Robin, Catherine Collard ,Francoise Chaffiaud et suivi les cours de John O'Conor à Dublin.

 Vainqueur du Concours Européen de piano Ouistreham Riva 2009, qui lui a aussi décerné le Prix de l'Association Chopin à Nohant, il a aussi remporté le Premier Grand Prix à l'unanimité et le Prix du Public du Concours Franz Liszt d'Utrecht 2002 ainsi que d'autres concours internationaux (Francis Poulenc, Bucarest, Messiaen, Bourse Yvonne Lefébure Orléans XXe Siècle). 
Invité comme membre du jury de concours internationaux (Pinerolo 2004, Poulenc 2008, Chang Chun 2009).

Il donne aussi des master classes (Finlande, Hongrie, Pays-Bas, Ecuador, Ethiopie, Afrique du Sud, Chine, Malte…). 
Il joue sur tous les continents en soliste, en formations de musique de chambre et avec de nombreux grands orchestres.

Il vient d enregistrer la Sonate de Liszt  ainsi qu'un album dédié aux amérindiens des USA chez Syrius.















----------Eliane Reyes----------







Artiste intègre, engagée, intuitive, amoureuse, fougueuse et hyperactive, d'une curiosité insatiable, elle aime surprendre, suggérer, innover, avec le souci exclusif de proposer des moments musicaux exceptionnels. Du bout de ses doigts virtuoses, elle nous touche subtilement au cœur. Chacun de ses concerts étant un élan d'amour pour la musique et son public avec qui elle entretient, fidèlement et tendrement, une relation quasi fusionnelle.



Native de la ville de Verviers, dont elle est Citoyenne d'honneur, Eliane Reyes est initiée d’abord par sa mère, Jeanine Gillard, et donne son premier récital à l’âge de 5 ans.
 Elle étudie ensuite au Conservatoire Royal de Bruxelles puis à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth auprès de Jean-Claude Vanden Eynden, à la Hochschule der Künste de Berlin, au Mozarteum de Salzbourg avec Hans Leygraf, au Lemmens Institut à Leuven auprès d’Alan Weiss ainsi qu’au CNSM de Paris sous l'égide de Michel Beroff, Brigitte Engerer et Jacques Rouvier. 

Musicienne progdige, elle bénéficia du soutien des fondations Rheinold Blüthner, Spes, Sir Georg Solti et Vocatio.
Lauréate en 1988 de la Fondation Cziffra (Senlis, France), elle se produit la même année au Festival Tibor Varga (Sion, Suisse) ainsi que sous la direction de Sergiu Commissiona et avec l’orchestre du Royal Concertgebouw d’Amsterdam.

Sa rencontre avec Martha Argerich à l’âge de 14 ans marque une étape décisive dans sa vie de musicienne.

Lauréate de nombreux concours internationaux, elle a construit au fil des ans, avec autant d'aisance et de goût, une carrière de soliste et de chambriste. Ses concerts sont unanimement salués par la critique et adoubés par le public.





Eliane Reyes joue sous la direction des plus grands chefs tels que Rudolph Barshai, Roberto Benzi, Lionel Bringuier, Jan Cayaers, Sergiu Commissionna, René Defossez, Jean-Jacques Kantorow, Jacques Lacombe, Martin Lebel, Grant Llewellyn, Elena Schwarz, Gilbert Varga, Tibor Varga, André Vandernoot ou Rudolf Werthen.
Elle se produit également, dans de grandes salles de concerts telles que le Concertgebouw (Amsterdam), Konzerthaus (Berlin), Megaron (Athènes), Festspielhaus (Baden-Baden), Auditori (Barcelone), The Sage- Gasteshead (Birmingham), Bozar (Bruxelles), Philharmonie (Cologne), La Philharmonie (Luxembourg), Laieszhalle (Hambourg), Cité de la musique (Paris), Konzerthuset (Stockholm), Musikverein (Vienne). Elle a notamment comme partenaires le violoniste Lorenzo Gatto dans le cadre des tournées « Rising Stars 2011 », Philippe Bernold, Lise Berthaud, Frank Braley, Marc Coppey, Henri Demarquette, Jodie Devos, Augustin Dumay, Ivry Gitlis, Philippe Graffin, Andrew Hardy, Florent Heau, Gary Hoffman, Ivan Karizna, Pierre Lenert, Jean-Marc Luisada, Misha Maisky, Anne Queffelec, Marc Sabbah, Raphael Sévère, José van Dam, le chamber ensemble St-Martin and the Fields, le trio Vuillaume, les quatuors Danel, Elysée, Voce, Parkany.

Sa discographie et riche d'enregistrements de F. Chopin - son compositeur "signature", C. Debussy, M. Ravel, D. Milhaud, A. Tansman, B. Godard, N. Bacri, et d'autres grands maîtres. Pour ceux-ci, elle a obtenu de nombreuses récompenses telles que : Pianiste maestro (Pianiste), Ring (Classic info), Joker (Crescendo) , Diapason, Supersonic (Pizzicato), Gouden Labels (Klassiek Centraal), et la clé d’or de Resmusica pour son enregistrement en solo des 24 Intermezzi d' A.Tansman.

Eliane fût nommée à trois reprises aux International Classical Music Awards et obtint en Belgique l'« Octave » de la musique classique pour l’ensemble de sa carrière.
En 2017, elle participa à une tournée d’un mois en Asie avec le trio Koch, et eu le privilège de jouer devant la famille Impériale du Japon au Palais impérial.

L'année 2018 marqua une étape décisive dans sa carrière de soliste et son déploiement international, notamment en France - où elle est, deux ans auparavant, la première pianiste belge a recevoir les insignes de Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres de la République française. Une année véritablement exceptionnelle qui l'a vu se produire sur des scènes prestigieuses, dont la Salle Gaveau de Paris, et lors d'évènements tels que les pianos days (Flagey), les Folles journées de Nantes et le Festival International de piano de la Roque d'Anthéron.

En 2019, outre ses nombreux concerts en Europe et au-delà, Eliane se consacre à plusieurs enregistrements discographiques, dont un CD's dédié à E. Granados, et de nouveaux programmes avec, entre autres, le violoniste Daniel Kogan, le violoncelliste Ivan Karizna et le pianiste Severin von Eckardstein.
Eliane est régulièrement invitée par l'Orchestre Royal de Chambre de Wallonie.

Cultivant avec jouissance un éclectisme naturel, Eliane s'associe avec des philosophes, auteurs et comédiens pour proposer de véritables spectacles qui voit la musique se marier à différents arts. Elle prête notamment ses talents musicaux aux Valses poétique, avec P. Poivre d'Arvor, et la raison des sortilèges musicaux avec M. Onfray et J.-Y. Clément.

Membre de nombreux jurys de concours à travers le monde, Conseillère artistique du Festival Classissimo de Bruxelles et désormais co-Directrice artistique du Festival Musicorum, elle est professeur au Conservatoire Royal de Bruxelles et au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris où elle y cultive sa passion pour l'enseignement et la transmission. 



----------Sylvie Stéphanidès----------







Après des études pianistiques au CNR de Rennes sous la direction de Jean Léon Cohen, élève de Vlado Perlemuter, Sylvie Stéphanidès se perfectionne à Paris auprès d’Yvonne Loriod et de Pierre Réach. Elle reçoit également les précieux conseils de Pierre Barbizet.



Jeune pianiste instinctive et passionnée, c’est au sein de la classe de chant et d’art lyrique du CNR de Nantes qu’elle exerce l’art de l’accompagnement auprès des chanteurs mais aussi auprès des instrumentistes.



Toujours en quête de nouvelles compétences, elle décide d’orienter sa carrière vers l’enseignement du piano. C’est auprès de Pierre Froment, élève tant apprécié d’Alfred Cortot, qu’elle perfectionne sa pédagogie et obtient le certificat d’aptitude à l’enseignement du piano en 1988 et devient alors professeur d’enseignement artistique pendant plus de vingt ans, au conservatoire de Saint Nazaire d’abord, à celui de la Roche-Sur-Yon ensuite et au CNR d’Angers en dernier lieu.



En parallèle de sa carrière d’enseignante au conservatoire, Sylvie Stéphanidès se produit régulièrement en formation de chambre et particulièrement en sonate. Avec Ruxandra Serban (violoncelle solo à l’ONPL) elle explore les sonates de Beethoven, de Brahms et de Prokofiev. Avec les flûtes de Marie-Claire Corselis et de Georges Lambert (flûte solo de l’ONPL) la musique française de Debussy, Roussel, Franck, mais aussi Prokofiev, Martinu, Mozart et Bach.





Passionnée par la pédagogie différenciée, elle a choisi depuis quelques années de consacrer son enseignement aux enfants précoces et aux enfants Dys.









Si c’est le piano qui a engendré sa réflexion pédagogique, c’est aussi par l’exercice d’une pédagogie originale dédiée à la différence qu’elle a retrouvé le chemin du public.


Elle a ainsi renoué avec le piano solo en récital. Elle a ainsi renoué avec le piano solo en récital, concerts et festivals. 

Elle a créé à l’Université Permanente de Nantes un cours original de Concert-Analyse où elle présente au public des séances mêlant piano, poésie, peinture, littérature.

Exerçant à Nantes, la Vendée est depuis toujours sa terre d’adoption où elle se ressource et puise son inspiration. Elle y donne régulièrement des concerts privés et publiques.




www.sylviestephanides.com